jeudi 4 septembre 2014

C'est toujours la faute de l'entraîneur




Pas facile le métier d’entraîneur d’une équipe professionnelle! Toujours sur la corde raide, sous les feux de la rampe, une tonne de pression sur les épaules. Une petite série de défaites et l'on commence à entendre les murmures de contestations, de critiques. La série de défaites qui s’allonge amènera son lot de rumeurs de congédiement et fort probablement, la concrétisation de cette sombre éventualité.


Une fois le départ du «coach» consommé, on dira que c’est maintenant aux joueurs de se lever, de démontrer leur leadership et leur désir de vaincre jusqu’au…..congédiement du prochain «coach».


Une situation unique aux entraîneurs professionnels? Bien sûr que non…..On parle ici du quotidien de plusieurs gestionnaires. Et ce n’est pas les textes traitant de gestion et de ressources humaines qui nous convaincront du contraire et qui rassurera les gestionnaires. Je lis beaucoup de textes sur le management, les affaires et la gestion des ressources humaines et force est de constater que les textes qui identifient les gestionnaires comme la cause de tous les malheurs sont légion. En voici un tout, tout petit échantillon:


Les employés quittent votre organisation? La faute au patron. Même que, en fait, les employés ne quittent pas une organisation, ils quittent un patron...


Les employés sont démotivés? La faute au patron.


Les employés sont stressés? La faute au patron et encore la faute au patron.


Et je pourrais continuer comme ça pendant très longtemps en énumérant la liste complète des problèmes organisationnels possibles et probables en y associant un texte qui identifie la cause du problème au «coach», au management, au gestionnaire ou au patron. Je vous laisse le choix quant à la terminologie.


Loin de moi l’idée de vous convaincre que les gestionnaires n’y sont pour rien, mais, ne croyez-vous pas que la cause des problèmes organisationnels est plus complexe, diversifiée, multicausale?


Tout comme il est clair pour l’amateur de sport que la cause des malheurs de son équipe n’est pas toujours et nécessairement le «coach», il en est de même en entreprise.


L’entreprise est un écosystème fragile ou de multiples variables interagissent créant un univers complexe, paradoxal et ambigu. Simplifier cette complexité à une cause unique me semble une erreur. Déresponsabiliser les autres parties prenantes quant aux défis et enjeux auxquels l’organisation fait face me semble aussi une erreur. Et finalement, tout balancer cette pression et cette responsabilité sur le dos des gestionnaires m’apparaît suicidaire, et ce, autant pour eux que pour l’organisation.


Utiliser l’entraîneur comme bouc émissaire pour énergiser l’équipe à court terme est efficace, mais cela permettra-t-il de gagner le championnat?....


C’est possible, mais, contrairement à ce que nous disent ces articles, pas toujours…..



Crédit photo: Marsmettin Tallahassee
Publier un commentaire