dimanche 8 février 2009

Petit guide de survie en temps de récession.

recession

Le journal La Presse avait un dossier intéressant dans son édition du samedi 7 février. On y présentait sept entreprises et la façon dont celles-ci traversent la récession.

La lecture de ces témoignages est un source très utile d’informations sur de nombreux sujets. On y apprend comment il est possible de tirer son épingle du jeu dans un tel contexte mais aussi comment il aurait été important de s’y préparer AVANT que le crise ne nous tombe dessus.

La beauté de notre système économique est qu’il existe une certitude. La certitude qu’il y aura, un jour, une récession. La seule inconnue dans l’équation est de savoir à quelle moment elle surviendra.

Pouvez-vous alors m’expliquer pourquoi certaines organisations font encore l’erreur de ne pas s’y préparer?

Deux erreurs à éviter:

Ignorer la concentration des risques:

Diversification, diversification, diversification…

Si vos sources de revenus ne sont pas diversifiées vous êtes à risque. Si vos revenus proviennent de trois ou quatre gros clients, vous êtes à risque. Parlez-en à Cossette. Si vos clients proviennent des mêmes pays, des mêmes industries, etc…vous êtes à risque.

C’est quand tout va bien qu’il est temps d’évaluer ses risques et de prendre les actions permettant d’affronter les temps durs. Quand la récession frappe, il est souvent trop tard et c’est la valse des coupures d’emplois et des dépenses.

Utiliser une stratégie de réductions des coûts est risquée si elle n’est pas jumelée à d’autres actions.

Certaines entreprises tentent de survivre à la tempête en diminuant les coûts voulant ainsi compenser pour la diminution de revenus.

L’hibernation consiste en s’enfermer dans sa caverne, de diminuer son pouls au minimum et d’utiliser le moins de ressources possible afin de survivre à un environnement hostile. Les entreprises qui licencient, réduisent leurs dépenses, annulent ou retardent certains projets, si elles n’utilisent que cette stratégie, se placent en difficulté. Le risque est grand que l’entreprise ne puisse survivre si la crise se prolonge ou augmente en intensité.

En fait, réduire les coûts n’est pas à proprement parler une stratégie.

À la lecture du dossier de La Presse, je préfère de beaucoup les entreprises utilisant les leviers suivants:

  • Gérer la réputation de l’entreprise;
  • S’améliorer continuellement;
  • Développer les talents;
  • Modification dans la gestion de la politique de crédit envers les clients;
  • Ouvrir de nouveaux marchés;
  • Augmenter sa présence dans les marchés très rentables;
  • Innover dans les procédés et les produits;

Il n’est pas rassurant de constater que certaines entreprises perdent une part importante de leurs revenus en raison, entres autres, d’une sous-estimation de leurs risques et que de ce fait, doivent licencier. Au surplus, un dirigeant de l’une de ces entreprises nous indique qu’il travaille activement à préparer l’après crise. Comment? En élaborant une vision claire de son entreprise et des estimations de la demande après la récession afin de déterminer qu’elle expertise sera requise.

C’est bien beau tout ça, mais avant de penser à l’après crise il serait opportun de s’assurer que l’on y survivra……Pour certains, malheureusement, rien n’est moins sûr.

Publier un commentaire