jeudi 6 mai 2010

Déambulations mentales d'un Borg en manque d'inspiration

management strategy

Il y a de ces soirs, et ce soir est l’un de ceux là, où je ne sais pas trop de quoi vous parler. Vous savez, la célèbre «page blanche», devenue, au fil des avancées technologiques, « le curseur clignotant ». Ce curseur qui lorsqu’il commence à vous hypnotiser est le signal sans équivoque que vous manquez d’inspiration. Dans ces moments, j’ai l’habitude de consulter mon dossier « idées à développer» mais, ce soir, il est vide. Je pars donc en vadrouille sur le web à la recherche d’un sujet tout en me remémorant certains événements récents dans l’espoir d’une illumination. Illumination qui ne viendra pas. Par contre, une pensée en amène une autre et m’entraîne sur un tout petit sentier, je vous invite à m’y suivre….

Le tout démarre à la lecture de deux mauvaises nouvelles dans l’univers des médias. On apprend, tout d’abord, que Newsweek pourrait être vendu par son propriétaire afin de mettre fin aux pertes chroniques, et ce, malgré les efforts héroïques de la part de la direction et des employés. Cette nouvelle sort après que BusinessWeek fut offert à Bloomberg pour une bouchée de pain.

La deuxième nouvelle concerne Torstar qui annonce un bénéfice moins grand qu’anticipé. On y apprend que :

 

«Les opérations numériques et de journaux ont connu une meilleure performance financière pendant le trimestre, essentiellement grâce à l'abolition de postes et aux efforts de réduction des coûts.»

La «meilleure performance» n’est donc pas attribuable à une bonne stratégie d’entreprise ou un redéploiement du modèle d’affaires qui soit rentable, mais bien en raison d’un programme de réduction de coût.

Il est fascinant de constater comment les médias traditionnels ont de la difficulté à repenser leur modèle d’affaires et de réaliser que la seule issue qui semble se dessiner jusqu’à présent est une stratégie de réductions de coûts. Le paradigme est fort, la dépendance de sentier puissante. Vous en doutez? Voyez ce qui suit…

On pourrait croire que l’industrie est en train de repenser complètement son modèle d’affaires, c’est probablement le cas pour certaines organisations, certains individus, mais, pour la grande majorité, le paradigme existant depuis plus de 100 ans à la couenne dur.

Voyez la réaction du Journal La Presse, du Journal de Montréal (en lock-out depuis tellement longtemps). Que font-ils? Ils cherchent à réduire les coûts. C'est évidement nécessaire mais carrément insuffisant.

J'échangeais dernièrement avec un journaliste du Journal La Presse qui partageait avec ses «followers», sur Twitter, son incompréhension au regard des consommateurs qui continuaient à encourager un journal en lock-out. Lui faisant remarquer que ce qui, moi, m’étonnait c’était que des gens, en 2010, continuent à acheter la version papier d’un quotidien il me répondit sarcastiquement :

« c’est vrai que ça exige beaucoup d’effort ».

Ne reste-t-il que l’effort des consommateurs pour assurer la survie de ce modèle d’affaires? Est-il écrit quelque part que les consommateurs doivent continuer à consommer pour les cent prochaines années de la même façon qu’ils l’ont fait au cours des cents dernières. Ais-je signé un engagement quelconque sans m’en rendre compte?

Et n’allez pas croire par cet exposé que je suis un apôtre aveugle du Web 2.0, des médiaux sociaux et des blogues. Bien qu’une partie des «consommateurs» aient migré vers ces plates-formes force est de constater que la recherche d’un modèle d’affaires permettant de dégager un ROI satisfaisant est toujours, là aussi, d’actualité.

Les paradigmes, les cadres de référence sont des concepts abstraits, je vous le concède, mais ils n’en sont pas moins très solides.

Pendant que je divague, ça me fait penser à une discussion récente avec une connaissance…..

Ne vous est-il jamais arrivé de refuser d’écouter les conseils ou les avis de quelqu’un sous prétexte qu’il n’avait jamais effectué le travail sujet à discussion? N’avez-vous jamais entendu quelqu’un dire :

« Comment ce «grand penseur» peut-il nous donner des conseils, il n’a jamais fait notre travail?»

Pourtant, si vous recherchez un idée réellement «outside the box», elle pourrait fort probablement provenir de cette personne. Une personne extérieure n’ayant qu’une connaissance superficielle d’une tâche n’est pas «contaminée» par le paradigme dominant. Ainsi, il y a fort à parier qu’elle soit en mesure d’envisager le problème sous un tout autre angle. Ses questions vous paraitront probablement naïves à priori, mais laissez-vous entrainer et elles pourraient vous amener vers une solution vraiment intéressante!

L’humilité, l’ouverture d’esprit, le sens critique, la capacité à se remettre en question, l’ouverture au changement et l’écoute sont les prés requis essentiels à la capacité des organisations à se réinventer et ainsi, assurer leur pérennité.

C’est la conclusion que je tire de mes lectures de la soirée.

Quelles sont vos propres réflexions sur ces sujets?

Source de l'image: Jim Waddington

Publier un commentaire