mercredi 5 août 2009

Le succès d'une organisation passe par un lien fort entre la stratégie et l'exécution

cohérence

C’est bien connu, l’un des principaux pièges qui guette les hauts dirigeants est d’être déconnecté de ce qui se passe sur le terrain. De sa tour d’ivoire, le dirigeant prend des décisions basées sur de savantes analyses sans tenir compte de ce qui se passe «sur le plancher des vaches». Il se projette dans le futur en gardant le cap sur la vision de l’organisation et en déterminant la stratégie appropriée pour y arriver.

Le gestionnaire de premier niveau quant à lui, risque de se transformer, sans trop sans rendre compte, en sapeur pompier, tant il est absorbé par les urgences et les tracas du quotidien. Un client insatisfait par ci, un travailleur en invalidité par-là, sans compter la gestion des horaires, des budgets et les fournisseurs qui ne livrent pas la marchandise. C’est bien beau la grande stratégie, les beaux colloques et la belle vision mais les hauts dirigeants se rendent-ils compte que le bateau est en train de couler? À quoi bon planifier le long terme lorsque l'on ne sait même pas si le mois prochain nous y serons?

Le gestionnaire intermédiaire ne l’a pas réellement plus facile. En fait on le surnomme «le jambon dans le sandwiche» constamment pris entres les demandes de la base et celles des hauts dirigeants. Comment concilier les paradoxes organisationnels et satisfaire tout le monde?

Vous reconnaissez votre organisation? Certaines organisations?

Effectivement, c’est malheureusement le cas pour une majorité de moyennes et de grandes entreprises.

Il s’agit d’un simple problème de déconnection et d’un manque de ciment.

En effet il est primordial de reconnecter la stratégie avec l’exécution en cimentant cette relation avec la cohérence organisationnelle et la rigueur.

C’est tout simple mais extrêmement difficile à réaliser.

C’est intellectuellement très simple à comprendre puisque :

  • La meilleure stratégie au monde sans une parfaite exécution de cette stratégie ne vaut absolument rien.
  • La plus parfaite exécution d’une mauvaise stratégie ne vaut absolument rien.

Intellectuellement très simple mais tellement difficile à réaliser. Sans compter que plusieurs gestionnaires ne daignent même pas se préoccuper du terrain, des détails, de l'exécution, jugeant ces activités peu importantes. Et pourtant! «Details Matters!». En outre, plus l’organisation est grosse plus la difficulté augmente et ce, en raison des coûts de complexité.

En reconnectant stratégie et exécution, la communication reprend et l’organisation s’assure que chaque petits gestes soit en cohérence avec la stratégie. L’assurance d’une telle cohérence se réalise par une rigueur sans faille.

La clé du succès : Une stratégie de classe mondiale exécutée à la perfection dont la cohérence est assurée par une rigueur sans faille.

Une tâche colossale mais un défi des plus stimulant.

Image: Flickr.

 

Publier un commentaire