samedi 16 août 2008

Une technique de remue-méninges.


Que l’on soit gestionnaire, professionnel ou autre, il arrive bien souvent que nous devions générer des idées afin de faire avancer un projet. Qui n’a pas vécu, à ce moment, une scéance de «brainstorming» (remue-méninges)? La scéance de remue-méninges est un exercice où l’on tente de faire émerger un maximum d’idées, loufoques ou pas afin d’atteindre un objectif précis.

Pour ma part, j’utilise souvent le remue-méninges afin d’élaborer des stratégies, d’identifier des causes à des problématiques ou encore afin d’identifier des pistes de solutions.

Cet exercice est souvent utilisé par des organisations favorisant la gestion participative, le travail d’équipe, la qualité et par extension l’amélioration continue.

Pour ce billet, j’aimerais vous proposer une technique de remue-méninges que j’affectionne particulièrement et dont je me sers régulièrement avec mon équipe dans différentes situations. Elle s’avère fort efficace et peut servir à générer des idées mais aussi à les regrouper et à les prioriser.

Cette technique m’a été enseignée par Jean Harvey, professeur à l’ESG UQÀM. Je n’en revendique donc pas la paternité, loin de là, mais je puis, par contre, vous confirmer son efficacité. Un merci tout particulier à M. Harvey pour son enseignement d’une grande qualité.

La première étape consiste à remettre à chaque participant des «post-it» sur lesquelles il pourront écrire leurs idées.

L’animateur pose la question à l’étude. Par exemple : «Comment pourrions-nous augmenter le niveau de formation des agents service à la clientèle?»

Les participants inscrivent leurs idées, en réponse à la question. Cela se fait individuellement, en silence. On inclut une idée par «post-it». Lorsque l’idée est inscrite on met le «post-it» au centre de la table.

Les participants génèrent un maximum d’idées, peu importe l’idée, loufoque ou pas, tout est bon et toutes les idées sont pertinentes. Lorsqu’un participant n’a plus d’idée, il peut regarder les «post-it» au centre de la table afin de s’en inspirer. Si d’autres idées émergent, ils les notent selon la même méthode.

L’exercice se termine lorsque les participants arrêtent d’écrire.

À ce stade de l’exercie, l’animateur récupère les «post-it» et débute la plénière. Celle-ci servira à lire les idées et à les regrouper en grand thèmes afin d’en diminuer le nombre et éliminer les redondances. Il est avantageux d’utilier un tableau afin d’y coller les «post-it» de façon à ce qu’ils soient bien à la vue. L’animateur peut questionner, reformuler, demander des précisions afin de s’assurer de la compréhension juste de l’idée et aussi afin que le groupe puisse avoir une compréhension commune de l’idée en question.

Une fois la plénière terminée, on se retrouve avec un paquet d’idées, regroupées en thèmes. Il s’agit donc d’une matière première fort riche.


Un cran plus loin, la priorisation….

Il est aussi possible de poursuivre l’exercice afin de prioriser les idées, de façon absolue ou encore mieux, selon certains critères (pondérés ou non). Je me sers souvent de l’exercice de priorisation avec mon équipe mais aussi lors de colloques.

Pour ce faire, l’animateur campe bien le sujet en indiquant aux participants les critères qui doivent être utilisés afin de prioriser. Par la suite, on remet à chaque participant trois collants de trois couleurs différentes. Par exemple, la couleur rouge, 9 points, le bleu, 3 points et le jaune, 1 point. Les participants doivent aller coller leurs….collants (sic) près du «post-it» de leur choix. En d’autres mots, leur premier choix en rouge et ainsi de suite. Dans cet exemple, nous voudrions prioriser trois éléments mais il est aussi possible de varier le tout. Il suffit d’avoir le nombre de couleur en conséquence et d’ajuster le pointage.

Une fois cette étape effectuée, l’animateur n’a plus qu’à comptabiliser le tout afin d’identifier les trois idées «gagnantes».

Cette technique est donc simple mais aussi fort efficace. Elle peut-être utilisée dans une multitude de contexte et elle vous permet, en tant que gestionnaire, de bénéficier du plein potentiel des membres de votre équipe, ce qui, à mon sens, est une condition essentielle à la réussite des organisations.

J’espère que ce billet vous sera utile. Si vous utilisez, vous aussi, des techniques de ce type. N’hésitez pas à m’en faire part, il me ferait grand plaisir d’échanger à ce sujet avec vous.

Publier un commentaire