jeudi 9 octobre 2008

L’importance des ressources humaines en temps de crise.

crise L’inspiration pour ce texte m’est venu à la lecture du billet de Laurent de Rauglaudre intitulé «Investir maintenant…» .

M. de Rauglaudre y va d’un plaidoyer en faveur du maintien des investissements en ressources humaines et plus particulièrement au niveau de la formation et du développement des compétences afin que les entreprises puissent passer à travers la crise actuelle et même qu’elles puissent en saisir les opportunités. À cet égard il mentionne que:

«Investir dans la performance individuelle et collective, investir maintenant, n'est-ce pas créer ce petit différentiel par rapport à nos concurrents, pressés comme nous de toutes parts, ce petit différentiel qui va booster notre position relative sur le marché...»

Il nous indique, à juste titre que, bien souvent, le premier réflexe des entreprises lors de périodes budgétaires plus austères est de sabrer dans les dépenses liées aux ressources humaines.

Afin de démontrer la justesse du propos de M. de Rauglaudre, laissez-moi vous raconter comment nous vivons présentement la crise financière de l’’intérieur. Vous verrez rapidement l’importance d’avoir, autour de nous, une équipe compétente et performante.

Comme vous le savez, je suis gestionnaire dans le domaine des services financiers. Nul besoin de vous préciser que la crise financière, nous la vivons de minutes en minutes. L’inquiétude de nos clients est omniprésente ce qui sollicite évidemment énormément les membres de mon équipe.

Comment pouvons-nous traverser cette épreuve sans dommage et même, peut-être, en tirer profit?

Je crois personnellement que c’est en misant sur la force de l’équipe, sur la compétence des membres qui la compose et sur les talents de chacun. Plus précisément les compétences suivants sont requises:

1- La capacité de rassurer, d’être empathique et de bien expliquer les enjeux de la crise.

Les clients qui nous contactent sont inquiets et veulent avant tout être rassurés. Par contre, lorsqu’il nous appellent il est déjà un peu trop tard. Une pratique gagnante est d’aller au devant et de contacter les clients les plus susceptibles d’être touchés par la crise afin de vérifier leur niveau de confort. Une telle pro activité ne peut qu’être gagnante.

De plus, si le client fait aussi affaire avec une autre institution et que celle-ci ne l’a pas contacté  nous risquons de marquer des points et ainsi obtenir l’ensemble du compte. Vous transformez donc une situation défensive (appel du client) en une situation offensive.

2-  La capacité de ne pas se laisser abattre par la morosité des marchés et les difficultés rencontrées. (effet LCN)

Rien n’est pire que les nouvelles en continue pour vous déprimer solidement en tant de crise. La peur de ne pas être en mesure de réaliser ses objectifs, de perdre des clients, de se faire critiquer, blâmer, etc. peuvent paralyser le conseiller financier, l’abattre et le démotiver.

Celui qui saura garder la tête froide et son objectivité aura un pas d’avance sur les autres.

3- Aimer relever des défis et sortir de notre zone de confort.

En ces-temps difficiles les employés qui aiment l’action et les défis y trouvent leur compte!

4- La capacité d’identifier les opportunités d’affaires malgré un contexte qui semble perdant.

C’est, selon-moi, la compétence la plus importante. Les individus qui sont en mesure d’identifier les opportunités et les stratégies gagnantes lors de situations difficiles en sortiront les grands gagnants.

Afin que les membres de votre équipe possèdent/acquiert ces compétences il est nécessaire d’effectuer des investissements constant en temps et en argent.

Performance des ressources humaines = avantage concurrentiel.

Suspendre les investissements dans le domaine des ressources humaines est une stratégie à moyen/long terme qui est, à mon sens, désastreuse. Particulièrement dans l’industrie des services. En effet, dans ce type d’entreprises, les produits sont facilement et rapidement copiables. Dans ce contexte, la seule façon pour les organisations à se créer un avantage concurrentiel durable réside dans leur capacité à apprendre plus vite que leurs concurrents.

Cet apprentissage doit être soutenu par des pratiques de gestion et des investissements qui favorisent le développement des compétences et des talents. C’est….mathématique!

Et vous, qu’en pensez-vous? Est-il possible de tirer son épingle du jeu en temps de crise?

Publier un commentaire