dimanche 12 octobre 2008

Fiche signalétique: Le têteux de boss!

têteux C’est la fin de semaine et pour ne pas déroger à notre nouvelle habitude je vous propose un billet beaucoup plus léger qu’au cours de la semaine.

C’est à la lecture de ce billet de Noisette sociale et à la discussion qui s’en est suivie que j’ai eu l’idée de faire un petit billet humoristique sur les «têteux de boss!».

Avertissement: Ce billet est à l’évidence humoristique, veuillez SVP ne pas le lire et/ou l’interpréter au premier degré.

C’est le week-end il faut bien s’amuser un peu et ne pas trop penser aux marchés financiers.

Donc….

Le têteux de boss est une espèce assez répandue. Les tours à bureau représentent son habitat naturel mais on le retrouve de plus en plus dans la plupart des milieux de travail.

Habituellement, pour chaque endroit, vous pouvez retrouver un ou deux têteux de boss mais pas plus. Il s’agit d’un animal qui n’aime pas la compagnie de ses congénères. Par contre, lorsqu’un têteux de boss quitte un endroit pour s’établir ailleurs il est systématiquement remplacé par un autre de son espèce. Cette observation tend à démontrer la théorie selon laquelle la nature n’aime pas le vide.

Le têteux de boss se nourrit de l’amour de son patron. Par contre, un avertissement s’impose. Il n’est pas si facile d’identifier correctement le têteux de boss dans la nature. En effet, certains humains, pas si lointains biologiquement du têteux de boss tendent à interpréter les réactions de leur collègues comme celles d’un têteux de boss alors qu’il n’en est rien. Cela est dû, bien souvent à la jalousie. Il y a donc une déformation cognitive de la réalité. Dès lors, lorsqu’un individu est en accord avec le patron on tend à l’identifier à un têteux de boss. Ce n’est pas nécessairement le cas. Cette tare humaines sert admirablement bien le têteux de boss, lui permettant ainsi de se fondre plus aisément dans le milieu de travail.

Le têteux de boss n’est pas que systématiquement en accord avec le patron. En plus, il tente constamment d’attirer son attention, de le mettre en valeur, de lui rendre des services, etc. etc. C’est à la somme de ces signes que l’on est en mesure d’identifier correctement le têteux de boss.

Le têteux de boss n’a pas une espérance de vie très grande. En effet, il est très souvent chassé par un prédateur redoutable soit le collègue de travail. Au surplus, son allié présumé, le boss, étonnamment ne l’aime pas particulièrement.

En fait, le patron recherche un individu capable d’oublier son agenda personnel afin de poser des gestes en vue de réaliser les objectifs communs à l’équipe. C’est l’entraide, l’empathie, la compréhension des attentes, du rôle joué au sein de l’équipe, qui est importante à ses yeux. Donc la contribution de l’individu à l’équipe. De plus, le patron n’est que rarement à la recherche d’amis ou d’un fan club, il recherche la performance, la synergie.

Le têteux de boss est l’antithèse de cette définition. Il n’est pas un joueur d’équipe, il n’a de yeux que pour le coach.

Le patron n’a pas besoin d’un adorateur, il a besoin que l’équipe le suive. Un patron n’a pas besoin d’un perroquet peu crédible, il a besoin que l’équipe partage sa vision. Un patron n’a pas besoin que quelqu’un lui fasse perdre son temps, il recherche l’efficacité.

Bref, le têteux de boss, honnis pas ses pairs et rejeté par le patron est condamné à la solitude à moins qu’il quitte l’entreprise et qu’il soit remplacé par l’un de ses congénères afin de perpétuer cette roue sans fin……depuis la nuit des temps.

Si cela vous plaît, un autre lien sur les têteux de boss ou la tétologie. ;) :

Bon week-end!

Mots clés Technorati : ,,,,
Publier un commentaire