lundi 13 juillet 2009

Ajoutez un peu de Poka-Yoke dans votre vie.

poka-yoke

Suite à la popularité de mon billet sur le diagramme d'Ishikawa, j'ai pensé qu'il serait intéressant de présenter, de temps à autres, différents outils utilisés en amélioration continue.

L'un des concepts les plus pratiques et que vous utilisez probablement au quotidien, sans nécessairement le savoir, est le Poka-Yoke ou, ce qu'il convient d'appeler dans un français plus juste, un détrompeur.

Bien que le Poka-Yoke soit habituellement un dispositif mécanique utilisé dans l'univers industriel, il peut aussi s'appliquer dans toutes sortes de situations. Si vous désirez diminuer sensiblement et efficacement votre pourcentage d'erreurs, d'oublis et gagner en efficacité vous avez avantage à utiliser des Poka-Yoke.

Bien souvent, rien de mieux que Wikipedia pour positionner un sujet:

«Le POKA-YOKE est un "anti-erreur" : il permet d'éviter une erreur involontaire : le cas typique est le code couleur : le fil rouge sur le bouton rouge, le fil bleu sur le bouton bleu.

Au moment où la qualité est un des facteurs primordiaux dans la réussite d’une entreprise, le zéro défaut doit être un des objectifs principaux lors de la conception des machines de production. Pour cela, l’implantation de systèmes de détrompeur doit permettre d’éviter beaucoup de problèmes lors de la fabrication.

Un détrompeur est un système qui, lorsqu’il est bien utilisé, ne peut laisser se produire aucune erreur, qu’elle soit d’origine humaine ou machine. Un bon système détrompeur doit permettre d’atteindre le « zéro défaut » et doit avoir pour finalité l’élimination des inspections qualité qui ne sont présentes que pour déceler des défauts de production. L’implantation d’un système détrompeur dans un processus déjà mis en place est complexe. Pour cette raison, il est intéressant d’incorporer lors de l’élaboration du processus un système anti-erreur. Il faut comprendre que l’erreur est humaine et est inévitable. Un système détrompeur est mis en place pour empêcher à coup sûr que tous défauts envisageables ne puissent survenir.»

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Poka-yoke

Concrètement comment utilise-t-on un Poka-Yoke?

Débutons l'analyse avec un AMDEC partiel duquel j'ai enlevé les éléments de la colonne de gauche pour fin de confidentialité.

image

L'AMDEC permet de visualiser les différents risques associés à un processus donné. Pour chacun de ces risques, on détermine sa sévérité en cas de survenance, la probabilité de son occurrence et les risques de non-détection de ce risque. Il est ainsi possible d'évaluer les variables les plus critiques. Pour diminuer le résultat généré par l'AMDEC il est possible de trouver un ou des Poka-Yoke permettant de diminuer le «score» associé à un ou des risques. C'est ce que vous pouvez observer dans la dernière colonne avec les lettres PY.

Je vais illustrer l'utilisation d'un Poka-Yoke via un exemple concret que j'ai pris de l'un de mes professeur. Ce professeur avait la fâcheuse habitude de perdre régulièrement son pointeur laser puisqu'il l'oubliait dans la classe une fois le cours terminé.

Si nous avions à positionner ce risque dans l'AMDEC, qualitativement nous dirions que la sévérité du risque était quand même faible (faible coût de remplacement), son occurrence malheureusement trop fréquente et le risque que la perte soit détectée à temps était assez peu probable.

Pour diminuer l'occurrence de ce risque à presque zéro, il eut l'idée d'attacher son pointeur laser à son pantalon via un fil extensible. Il pouvait ainsi utiliser le pointeur sans avoir à le détacher. Difficile de l'oublier en classe de cette façon! Un bel exemple de Poka-Yoke.

Faites de même et n'hésitez surtout pas à ajouter un peu de Poka-Yoke dans votre vie!

Publier un commentaire