jeudi 4 février 2010

Cinq pratiques gagnantes pour respecter le rythme de votre équipe.

rétroviseur

Vous venez d’obtenir un nouveau mandat en tant que gestionnaire. On vous a sélectionné en raison de vos qualités de leader et du fait que vous êtes une personne d’action, quelqu’un qui agit, qui fonce et qui obtient des résultats. Fort de ces compétences vous arrivez en poste et appliquez intégralement mon guide de survie pour les 100 premiers jours dans un  nouveau mandat de gestion.

C’est parfait! Tout va pour le mieux.

Votre diagnostic est fait et vous mettez en place votre plan d’action. Vos objectifs sont clairs et vous désirez par-dessus tout faire vos preuves et atteindre les résultats. Vous ne ménagez pas les heures supplémentaires et vous maintenez le cap sur les objectifs. Ne reculant devant rien, vous présidez nombre de comités et multipliez les actions afin d’avancer rapidement vos projets.

Puis, soudainement, certains obstacles surviennent : le burn-out d’un membre de l’équipe, l’absentéisme est en hausse et des résistances au changement surviennent. Bref, votre équipe est épuisée et n’est plus en mesure de vous suivre. Pire, vous en étiez à la sixième étape, mais vous venez de réaliser que votre équipe, elle, est toujours en train de digérer la…..troisième.....!!

Que s’est-il passé? Tel un capitaine de cavalerie vous avez sonné la charge mais vous venez de réaliser, malheureusement trop tard, que vous êtes à porté de tir de l’ennemi, mais que le reste de votre bataillon est à 500 mètres derrière vous.

Vous alliez très vite, mais aviez-vous pensé à regarder dans le rétroviseur?

Afin de vous éviter les désagréments d’une telle situation, voici cinq pratiques gagnantes vous assurant que vous et votre équipe progresserez de concert.

1- Assurez-vous de l’adhésion de votre équipe.

C’est l’évidence même me direz-vous, mais quelques fois on escamote cette étape et il y fort à parier que l’on s’en mordra les doigts. Donnez du sens aux changements proposés. Partagez votre vision avec votre équipe et faites ressortir, pour chacun d’eux, les avantages d’adhérer au projet. Vous savez, le fameux : «what’s in it for me?».

2- Communiquez systématiquement et régulièrement.

La communication est votre meilleur allié. Soyez transparent et communiquez régulièrement, mais surtout, systématiquement, et ce, même si vous n’avez rien de neuf à annoncer. Il importe que votre équipe sache quelle est la destination. Quels seront les étapes à franchir et l’échéancier prévu. Vos collaborateurs doivent être en mesure d’avoir une vue macro des changements, mais aussi de pouvoir séquencer le tout sur le court terme, le moyen terme et le long terme. Moins il y aura d’incertitude, moins il y aura de résistance.

3- Séquencez votre projet, déterminez des objectifs d’étape et mesurez-les.

Le meilleur moyen de ne pas aller trop vite est de séquencer le projet en étapes. Un éléphant, ça se mange, mais une bouchée à la fois! Pour chacune de ces étapes, identifiez les objectifs, qui, s’ils sont atteints, vous permettront d’affirmer que l’étape est réalisée. Il peut s’agir de résultats financiers, de ventes, mais aussi de processus à implanter ou encore de comportements à observer.

Mettez par écrit, dès le départ, ces objectifs d’étapes et suivez rigoureusement le plan de match.

4- Consolidez les acquis avant de passer à l’étape suivante.

Une fois les objectifs d’étape atteints n’avancez pas immédiatement à l’étape suivante. Assurez-vous plutôt de consolider les acquis.

Lorsque les acquis sont consolidés, et seulement à ce moment, vous pourrez recommencer à avancer à la prochaine étape

Rien ne sert de commencer à apprendre à multiplier si on ne sait pas additionner. Quelquefois il est nécessaire de faire un pas en arrière pour être en mesure d’avancer correctement.

5- Utilisez une communication bidirectionnelle symétrique avec votre équipe.

Finalement, prenez régulièrement le pouls de votre équipe. Questionnez vos collaborateurs, recherchez leurs suggestions, leurs idées. Utilisez l’intelligence et les talents de vos gens.

L’idée n’est pas de communiquer pour passer un message, mais bien pour entendre ce que les membres de votre équipe ont à dire afin de modifier votre plan d’action en fonction des informations reçues. Le plan de match doit être souple et malléable afin que vos collaborateurs puissent l’influencer.

+1 – Célébrez les succès!!!

Source de l'image: couleurs gm

 

Publier un commentaire