dimanche 18 janvier 2009

Le talent seul mène-t-il au succès?

star

La question est lancée….

J’ai bien sûr mon opinion sur la question mais je lance le débat car mon opinion est basée strictement sur mes observations et est totalement contaminé par mon propre cadre de référence. Rien de bien scientifique donc. Par contre, la conclusion que j’en tire teinte autant mon style de gestion que la façon dont j’éduque mes enfants.

Je puis par contre, totalement me tromper, j’aimerais donc que vous puissiez me donner votre opinion sur la question via vos commentaires.

Les gens qui n’ont aucun talent n’existe pas. Pourtant, ceux réussissant à exploiter le leur à un niveau d’excellence sont rares. Pourquoi?

Il y a, bien sûr, ceux qui peinent à découvrir leur(s) talent(s) ou qui le font trop tardivement. Pour les fins de l’argumentation, éliminons cette catégorie afin de nous concentrer sur ceux qui possèdent une bonne connaissance de leurs forces et talents.

Ce que j’observe et je le déplore, c’est que peu de gens possèdent aussi la rigueur et la discipline permettant de développer ce(s) talent(s) à leur plein potentiel. Plusieurs même ne compte que sur ce talent pour réussir et finissent par………frapper un mur!

Exemple classique:

Étudiant au secondaire, Jean réussit très bien. Ses notes sont largement supérieures à la moyenne et ce sans trop d’efforts. Pour atteindre ce résultat, il doit consacrer à peu près trois heures d’étude par semaine.

Arrivée au collégial c’est à peu près le même tableau. Bien sûr, le niveau de difficulté des cours est supérieur. Pour maintenir ses résultats, Jean doit maintenant consacrer dix heures par semaine à ses études mais son effort n’est pas régulier. Il est souvent à la dernière minute mais les résultats sont toujours au rendez-vous.

Arrivé à l’université Jean a de plus en plus de difficulté à suivre le rythme. Ses notes en souffrent. Son talent seul ne suffit plus. Jean voit bien qu’il doit y mettre plus d’effort mais il n’a pas été habitué à ce rythme, il procrastine. Ce faisant, il est de plus en plus à la dernière minute. Il peine à maintenir la moyenne requise pour demeurer dans son programme d’étude.

Des Jean, il y en a des masses et vous pouvez adapter l’exemple au domaine professionnel, sportif, etc.

Mon hypothèse est à l’effet qu’arrivé à un certain niveau, l’effort, la rigueur, la persévérance et la discipline sont nécessaires et obligatoires afin d’avoir du succès.

Malheureusement, de telles qualités ne s’acquièrent qu’avec le temps. Peu d’individus peuvent fonctionner à 1000 tr/minutes et rapidement modifier ses comportements afin de tourner à 2000 tr/minutes sur une longue période.

Pour y arriver, il faut un entraînement de longue haleine. Il faut avoir développé ces compétences depuis le départ.

Et le départ c’est bien souvent l’enfance.

Je ne dis pas que nous devons éduquer nos enfants comme s’il étaient enrôlés dans l’armée, bien au contraire. Les enfants doivent vivre leur enfance, ils seront adultes bien assez tôt.

Par contre, s’il n’ont jamais eu l’occasion d’effectuer un effort correct mais surtout régulier sur une longue période, comment pourront-ils y arriver une fois adulte?

Reprenons l’exemple de Jean. Si ce dernier, malgré le fait qu’il trouvait les cours faciles, s’était donné la discipline de faire ne serait-ce qu’une demi-heure d’étude mais de façon régulière, il n’aurait eu aucune difficulté à relever le défi de l’université.

Combien de joueurs de hockey, bourrés de talent, ne réussissent pas à percer? Et pourquoi?

Votre entreprise a comme mission d’être les numéros 1, les meilleurs, les plus performants?

Il vous faudra des gens de talents, certes, mais surtout de la rigueur, de l’effort et de la discipline. Votre équipe est-elle mobilisée à ce point?

Publier un commentaire