mardi 31 mars 2009

La nature n’aime pas l’iniquité.

équité

Ce qu’intuitivement nous pouvions facilement soupçonner tend à se confirmer. La majorité des travailleurs qui effectuent des heures supplémentaires sans compensation prendront l’initiative, par diverses méthodes, afin de se dédommager.

C’est en tout cas ce que révèle, entres autres, un sondage mené par Environics Research Group pour le compte de ADP Canada.

On y apprend de plus que 37% des travailleurs sondés affirment qu’aucune compensation ne leur est octroyée pour les heures supplémentaires effectuées. Pensez-y, c’est plus de un travailleur sur trois!

Dans ces cas, 67% des travailleurs trouveront un moyen afin de se faire justice. Parmi les moyens utilisés, notons:

  • Quitter le travail plus tôt (53 %);
  • Travailler plus lentement (27 %);
  • Utiliser des congés de maladie, même s’ils ne sont pas malades (23 %);
  • Prendre de plus longues pauses-repas (21 %);
  • Arriver en retard au boulot (16 %);

Ces statistiques sont très intéressantes afin de prendre toute la mesure de l’importance, pour les travailleurs, de l’équité au sein de l’organisation. Voulant effectuer des économies à très court terme en économisant sur le traitement salarial, certaines firmes, créent des situation où les travailleurs perçoivent une iniquité qu’ils tentent de corriger par eux-mêmes. Cette réaction, tout à fait naturelle, est très nocive pour l’entreprise à moyen terme car:

  • Elle augmente les risques de voir le cynisme s’installer;
  • Il y a des risques de démobilisation des ressources humaines;
  • Les économies de coûts recherchées ne se matérialisent pas;
  • Il y une perte de contrôle sur les processus internes de gestion;
  • Le lien de confiance entre les employés et le management s’effrite;
  • etc.

En somme, beaucoup d’inconvénients pour quoi en fait? Des économies si importantes?

Soyez cohérent entre vos actions et les valeurs de l’organisation et surtout, protégez jalousement l’équité interne au sein de votre entreprise car c’est un actif intangible extrêmement précieux.

La conjoncture économique et ses impacts.

La récession a-t-elle des impacts sur certaines habitudes de travail? Voyons ce que nous révèle l’étude sur la question:

«…..la conjoncture contraint un grand nombre de gens à modifier leurs habitudes de travail, révèle ce sondage.

  • Vingt pour cent de la population active affirme avoir changé ses habitudes de travail à la suite du ralentissement économique, notamment en rapportant plus souvent du travail à la maison, en travaillant pendant leur pause-repas ou en évitant d’utiliser leurs congés de maladie.
  • Vingt et un pour cent des travailleurs disent travailler davantage d’heures par semaine.

Parmi ce groupe :

    • Vingt-huit pour cent effectuent de une à cinq heures supplémentaires par semaine.
    • Quatre employés sur dix (42 %) disent travailler de six à dix heures supplémentaires par semaine.
    • Vingt-huit pour cent effectuent onze heures supplémentaires ou plus par semaine.»

L’augmentation de la charge de travail est un effet fréquent d’une conjoncture économique difficile soit parce que les organisations travaillent plus fort afin de s’en sortir ou encore, tout simplement, parce que les survivants doivent réaliser une partie du travail de ceux qui ont été licenciés.

Dans ce contexte, il importe que les gestionnaires soient conscients de ces phénomènes afin d’en tenir compte dans la gestion quotidienne de leurs équipes de travail.

Et vous? Quel est la situation au sein de votre entreprise?

Image: Flickr

Publier un commentaire